Conférences du mardi 2019 - 2020

 

Référente : Jeanine PÉRINAUD

Présentation :  Isabelle FAGUĖ

Ces conférences du mardi se dérouleront à CGR Cinémas (ex Cap' Cinema) salle 1, à 15 heures, durant toute l'année.
Sur présentation de leur carte, l'accès aux salles est réservée aux adhérents à jour de leur cotisation 2018-2019.

Dans leurs diversités, le niveau peut varier et la qualité des conférenciers intervenants être inégale.

 

Mardi 17 décembre 2019
Anne REYSS : professeur en biologie en classes préparatoires d’agronomie et vétérinaire à Paris
« Au fil de la soie. Les origines ; la soie chinoise, une exclusivité pendant des millénaires »
La soie fait rêver. Elle est le plus précieux, le plus luxueux des textiles ; légère et solide, souple, lumineuse et douce. Le fil de soie est fabriqué par quelques animaux seulement : chenilles de papillons (vers à soie), araignées, certains mollusques bivalves. Le secret de la soie chinoise fut jalousement, sévèrement gardé pendant des millénaires. On suivra la diffusion de la soie vers l’Ouest par les mythiques routes de la soie jusqu’à la fuite du secret et son extension en Occident à la fin du Moyen Age.


Mardi 7 janvier 2020 

Olivier MIGNON : Historien, diplômé de l’école du Louvre, conférencier

« Magellan et le premier cercle du monde »

Le 20 septembre 1519, une flotte de cinq navires commandée par Fernand de Magellan quitte l’Espagne dans le but de trouver un passage maritime au sud de l’Amérique. L’objectif : rejoindre les Moluques, les fameuses îles aux Épices, revendiquées par l’Espagne en évitant les eaux portugaises. Trois ans plus tard, au terme d’un voyage harassant et plein d’embuches quelques-uns des 237 hommes de Magellan sont de retour à Séville. Ils viennent d’accomplir la première circumnavigation. Alors que nous commémorons son 5e centenaire, nous vous proposons de partir sur les traces de ces aventuriers qui, bien malgré eux, ont fait le premier tour du monde à la voile.


Mardi 14 janvier 2020

Pour cause de maladie M. BLANCHARD n'assurera pas sa conférence du 14 janvier, il sera remplacé par Mme Camélia de Montety, artiste conférencière, qui vous parlera des" icônes entre Orient et Occident".

Marc BLANCHARD : Agrégé de l’université en Mathématiques, inspecteur d’académie retraité

« La maîtrise de l’eau de l’antiquité à nos jours »

L’idée de réguler le cours du Nil et de stocker son eau n’est pas neuve. Des barrages ont été construits depuis 1835 mais le plus récent, celui d’Assouan a une autre dimension et provoque des interrogations. Voulue par Nasser, sa construction s’est inscrite dans la Guerre froide et l’UNESCO y a trouvé sa légitimité. Après une période d’évolutions heureuses, les questionnements l’emportent qu’ils soient environnementaux, qu’ils relèvent de l’économie, du quotidien comme de la politique internationale.


Mardi 21 janvier 2020

Jean-Marie CALBET : conférencier, ingénieur maritime président de l’association pour la sauvegarde du phare de cordouan

« Cordouan, de Charlemagne à l'UNESCO »

Après un rappel des différentes tours ayant balisé l’entrée de l’estuaire de la Gironde depuis le IX ème siècle, un focus sera fait sur les deux étapes de la construction de la tour actuelle. Une visite détaillée suivra et la candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO conclura la présentation.


Mardi 28 janvier 2020

Robert CASTELLO, Historien d'art, conférencier

"Le rire d'Icare"

Peter Breughel inventa au 16e siècle un réalisme puissant, familier et joyeux à l'opposé de la recherche de raffinement des artistes italiens. Il bouleversa la hiérarchie classique des genres en invitant le spectateur à participer à ses noces débridées et à ses kermesses endiablées. Sa peinture religieuse, ses scènes bibliques sont aussi de remarquables documents historiques qui nous renseignent sur les préoccupations et les inquiétudes de ses contemporains.


Mardi 04 février 2020

Valérie CHANSIGAUD : Historienne des sciences et de l’environnement, chercheur au CNRS, université Paris 7

« La domestication animale de la préhistoire à nos jours »

L’histoire de la domestication animale pose de nombreuses questions : quand a-t-elle commencé ? Comment la domestication a transformé biologiquement les animaux ? Comment les sociétés ont été transformées par la domestication animale ? Y- a-t-il des espèces non domesticables ? Comment l’éthique change notre relation aux animaux domestiques ? Quel impact a l’élevage sur l’environnement. Cette conférence, basée sur des exemples précis et illustrés, permettra de mieux comprendre ce phénomène complexe.


Mardi 11 février 2020

Alain REILLES : professeur de mécanique et thermodynamique

“L’évolution des connaissances du roi soleil jusqu’aux révolutions”

De Newton à Voltaire, de Huygens à Diderot, l’équilibre du monde s’explique. Avec Buffon et Lamarck, c’est l’origine de la création qui est repoussée plus loin... Désormais, le domaine de la foi et de la raison se séparent et induisent une nouvelle pensée.


Mardi 18 février 2020

Geneviève FURNEMONT : Historienne d’Art à Toulouse, conférencière

« Un architecte du XXème siècle : UNDERTWASSER, magie de la spirale »

« Un locataire doit avoir le droit de se pencher à sa fenêtre et de changer tout ce qu’il veut du mur extérieur, aussi loin que peut aller sa main. Et il doit aussi avoir le droit de prendre un long pinceau et aussi loin que peuvent aller ses bras de tout peindre en rose, afin que l’on puisse voir de loin depuis la rue : là vit un être humain qui se distingue de ses voisins, le bétail frustré ! »Couleurs, spirales, jardin d’Eden et message écologique. Et l’arbre locataire de Vienne.


Mardi 10 mars 2020

Joëlle CHEVE : Historienne, diplômée de l’université Paris IV Sorbonne, journaliste et chroniqueuse 

« L’Elysée au féminin : de la IIème à la Vème République »


Mardi 17 mars 2020

Pierre HEUDIER : Professeur agrégé en anglais à l’université de Tours :

« Langue anglaise et langue française »

Cette conférence-diaporama vous convie à une promenade enrichissante et ludique à travers les mots, les phrases, les textes et les siècles, agrémentée de la projection d’illustrations diverses où le sérieux des données linguistiques et historiques fait bon ménage avec une certaine fantaisie.


Mardi 24 mars 2020

Catherine et François SCHUNCK : membres de la société historique et archéologique du Périgord.

« Strasbourg-Périgueux, villes sœurs »

Nous traitons de l’évacuation de Strasbourg en Dordogne, de l’installation des services de la mairie de Strasbourg à Périgueux et des relations qui s’en sont suivies entre les deux villes jusqu’à nos jours.


Mardi 31 mars 2020

Henri de MONTETY : Docteur en Histoire de l’université de Lyon et de Budapest :

« Les villes thermales historiques en Europe »

La ville thermale historique, lieu de convalescence associé à la villégiature, symbolise une époque révolue. Isolée des contraintes spatiales et temporelles ordinaires, son cadre témoigne pourtant de la quintessence de l’époque : Napoléon III fonda Eugénie-Les-Bains ; les empereurs et les archiducs, sans compter Clemenceau, prenaient ensemble les eaux à Carlbad. La rupture avec la vie quotidienne se traduit visuellement par une architecture et une décoration souvent exubérantes, au point d’inspirer une certaine inquiétude liée au rêve d’une vie totalement abstraite de la réalité. Inséparable de l’extravagance, la ville thermale est une source d’inspiration à la fois pour la littérature et pour les grands projets d’investissement…


Mardi 7 avril 2020

Frédéric BIDOUZE : Maître de conférences en histoire moderne à l'université de Pau :

« Les états généraux de 1789 : concorde, discorde et révolution »

Cette conférence s’appuie sur un livre qui traite des Etats généraux de 1789 à Versailles, de leur organisation et de leur atmosphère, tant politique qu’intellectuelle, qui ont conduit à une révolution juridique avant de se révéler explosive socialement le 14 juillet. Comment Louis XVI a-t-il pu convoquer plus de mille députés venus de tout le royaume en les laissant s’installer, s’émanciper et discuter durant plusieurs semaines, imaginer déjà une nouvelle France fondée sur des espérances à perte de vue ? Comment s’est en fin de compte construite une culture politique dès la Pré-révolution dont les Français gardent encore un large héritage, celui du pays des révolutions.


Mardi 14 avril 2020 

Agnès DU VACHAT : docteur en sciences et architecture du paysage

« Les jardins de Ferdinand BAC »

Cette conférence présente les jardins créés sur la côte d’Azur au début du XXème siècle par l’artiste Ferdinand BAC (1859-1952) et inspirés de ses voyages en Espagne et en Italie.


Mardi 5 mai 2020 

Michèle LHOPITEAU-DORFEUILLE : professeur de musique et chef de chœur.

Ludwig van Beethoven : "l'Art pour unique raison de vivre"

Ludwig van Beethoven est le compositeur classique le plus joué au monde. Mais il fut aussi un paradoxe vivant : ce visionnaire capable de concevoir des architectures sonores aussi spectaculaires que la « Neuvième Symphonie » eut toute sa vie le plus grand mal à effectuer une simple addition. Cet artiste vu par la postérité comme un révolutionnaire de cœur bénéficia longtemps d’une confortable rente versée par les nobles les plus fortunés et les plus conservateurs de Vienne. Cet homme dont les Lieder et les sonates pour piano sont un concentré de passion n’aima toute sa vie que des femmes promises ou mariées à d’autres - sans jamais conserver l’amour d’une seule. Enfin ce magicien des sons a vu, dès l’âge de 27 ans, son ouïe se dégrader progressivement et passa les 30 dernières années de sa vie dans un terrible chaos sonore, suivi d’un silence presque total.


Mardi 12 mai 2020 

Albert MENDIRI : Professeur agrégé de philosophie

« L'homme entre ignorance et savoir »

Quelles sont les possibilités et les limites de l’homme dans son cheminement pour se dévoiler les origines et les fins ultimes des choses et leur nature intime ? Au-delà de leurs différences, les voies empruntées par la philosophie, la science, la religion n’ont-elles pas des points communs ?


Mardi 19 mai 2020 conférence musicale chantée pour clôturer l’année .

Jean-François HEINTZEN : agrégé en mathématiques, docteur en histoire et spécialiste des pratiques musicales populaires.

« Chanter le Crime, Canards sanglants & Complaintes tragiques»

La complainte criminelle questionne. Pourquoi chanter les faits-divers les plus sordides ? Oublions Internet, télévision, presse, retrouvons la feuille au titre ronflant, avec récit du drame, bois gravé, et complainte obligée : le « Canard sanglant ». Pas question ici de se complaire dans l’horreur, le récit des faits divers n’est pas notre sujet. Nous étudions leur médiatisation et leurs supports, imprimés et chantés, mêlant histoire culturelle, musicologie, histoire de l’art, et histoire des media. Cette conférence est complétée par la présentation de «canards» originaux, et l’interprétation de complaintes criminelles en Périgord et alentours.